CHUV
MENU
Home > list of news > News and Events - Detail
GNRH Network
close

Pr Levi cosigne une étude sur le déclin des décès par cancer

Une étude publiée lundi 19 mars dans la revue Annals of Oncology prédit que les taux de mortalité dans l'Union européenne continueront à baisser cette année pour la plupart des cancers. Le Pr Fabio Levi a participé à cette recherche.

Published by Fabio Levi

La diminution la plus importante prévue en 2018 concerne le cancer de l'intestin, aussi appelé le cancer colorectal. Il est l'une des grandes réussites des 30 dernières années en Europe, selon les chercheurs, qui prédisent que les taux de mortalité de la maladie continueront de baisser d'environ sept pour cent par rapport à 2012 durant l'année en cours. Carlo La Vecchia (MD), professeur à la Faculté de médecine de l'Université de Milan (Italie), déclare: "Le cancer colorectal est la cause la plus fréquente de décès par cancer chez les non-fumeurs, hommes et femmes. La baisse de la mortalité que nous prévoyons pour 2018 a été l'une des grandes réussites en oncologie clinique. Cette amélioration des taux de mortalité se fait en l'absence d'une percée majeure et, elle est due à l'amélioration du diagnostic et de la prise en charge de la maladie."

Les chercheurs ont examiné les taux de mortalité par cancer dans l'ensemble des 28 États, membres de l'UE ainsi que dans les six plus grands pays - France, Allemagne, Italie, Pologne, Espagne et Royaume-Uni - pour tous les cancers et, individuellement, pour l'estomac, les intestins, le pancréas, les poumons, les seins, l'utérus (y compris le col de l'utérus), les ovaires, la prostate, la vessie et les leucémies chez les hommes et les femmes. Le professeur La Vecchia et ses collègues ont collecté des données sur les décès réunies pas l'Organisation mondiale de la santé pour la période allant de 1970 à 2012 et c'est la huitième année consécutive qu'ils publient ces prédictions.

5 millions de décès évités en 31 ans
Les chercheurs prévoient que le nombre de décès dus à un cancer en 2018 avoisinera 1,4 million, contre 1,3 million en 2012. Cependant, les taux de mortalité ont chuté durant cette période de 10,3% chez les hommes et de 5% chez les femmes. Ils déclarent qu'en la seule année 2018, environ 392 300 décès par cancer seront évités par rapport aux taux les plus élevés des années 1980 - 275 000 chez les hommes et 117 000 chez les femmes. Quand ils ont regardé la différence entre le pic des taux en 1988 et en 2018, ils ont constaté que la baisse continue des décès par cancer au cours de ces 31 années a permis d'éviter près de cinq millions de décès: 3,3 millions chez les hommes et 1,6 million chez les femmes.

Le cancer des poumons en augmentation chez les femmes
Les taux de mortalité prédits les plus élevés dans l'UE concernent le cancer du poumon chez les hommes et les femmes: 32 décès pour 100 000 hommes et 15 pour 100 000 femmes. Cependant, depuis 2012, il y a eu une baisse de 13% de ces taux de mortalité chez les hommes, mais une augmentation de 6% chez les femmes. Les chercheurs prédisent que 183 100 hommes et 94 500 femmes mourront de la maladie cette année, ce qui représente environ 20% de tous les décès dus au cancer.
Les taux de mortalité prédits dus au cancer du pancréas continuent également d'augmenter chez les femmes, alors qu'ils se sont stabilisés chez les hommes. En 2018, il y aura 44 400 décès chez les femmes - une augmentation de 2,8% - et 44 500 décès chez les hommes (aucun changement en pourcentage), soit un taux de mortalité de 8 pour 100 000 hommes et de 5,6 pour 100 000 femmes. "En 2018, les décès dus au cancer du pancréas seront près de 90 000", explique le professeur La Vecchia. "Ce chiffre est proche de celui pour le cancer du sein, avec 92 000 décès, et inférieur seulement aux cancers du poumon et du colorectum pour les deux sexes." "Le tabagisme est un facteur de risque connu pour le cancer du pancréas, et on considère que le surpoids, l'obésité et le diabète peuvent jouer un rôle dans le cancer du sein et le cancer colorectal.


Le coauteur, Fabio Levi (MD), professeur honoraire à la Faculté de biologie et de médecine de l'Université de Lausanne, a déclaré: «Chez les femmes, la tendance générale se caractérise, d’un côté, par une amélioration continue du cancer du sein - due à une meilleure prise en charge et au dépistage, et pour le cancer de l'ovaire à l'utilisation de contraceptifs oraux et un meilleur traitement -, mais de l’autre, par une progression de l'épidémie des cancers pulmonaires liée au tabagisme. »
Rédacteur en chef des Annals of Oncology, le Professeur Fabrice André, Professeur au Département d'Oncologie Médicale, Institut Gustave Roussy, Villejuif, France, a commenté cette étude: "Bien qu'elle suggère que l'amélioration du dépistage du cancer et la qualité des soins se traduisent par de meilleurs résultats, elle rappelle également à tous que 1,4 million de patients en Europe vont mourir à cause du cancer en 2018 et que les efforts de recherche doivent être amplifiés. "



Document(s) annexe(s)

Article sur le déclin du nombre de décès par cancer


Last update on 29.03.2018 08:58